L’étape improvisée: Mayotte

Que d’apriori sur Mayotte. C’est une étape qui n’était pas prévue. L’avantage du voyage au jour le jour. Tant de monde à la réunion juge bon de donner son avis, que ce soit en mal ou en bien. J’ai vraiment voulu me faire le mien. Tant de divergence sur un même lieu mérite un détour et quitte à être dans l’océan indien, autant en profiter.

Je laisse donc La Réunion, mes amis – comme ma famille – pour mon premier grand départ. Les adieux ne sont pas évidents mais quand il faut, il faut. Et je sens que c’est le bon moment pour ne pas prendre le risque de ne jamais repartir.

Le voyage n’est pas si long. Une escale à Antananarivo. Un incroyable survol de Madagascar, qui m’a tellement conforté dans le choix de la prochaine destination. Et l’arrivée à Mayotte, absolument magique et prometteur quant au superbe terrain de jeu que le lagon a à m’offrir.

Je ressens l’envie ou le besoin de commencer par la conclusion pour donner le bon ton, car c’est finalement dans cet ordre que j’ai vécu mon séjour. J’ai adoré ces deux semaines passé sur l’île. Des merveilles à découvrir. Et malgré les mauvais côtés qu’on ne peut pas rater, Mayotte reste en endroit que je ne regrette aucunement d’avoir exploré.Évoquons donc directement les sujets qui fâchent et n’en parlons plus ensuite.

En gros deux choses : Mayotte, c’est sale. Très sale. La pollution visuelle est importante, et du point de vue de quelqu’un d’un temps soit peu sensibilisé au tri sélectif, cela paraît incompréhensible. Nicolas Hulot me contredirait peut être, mais il paraît très surprenant qu’un département français, soit aussi détaché du sujet.

IMG_0523

Le deuxième point reste l’insécurité. J’ai bien cru qu’on m’avait menti à ce sujet, mes hôtes semblant tout à fait sereins et peace. Je me suis vite rendu compte, qu’il s’agit en fait d’habitudes à prendre. Ne jamais rien laisser visible dans la voiture, se demander si oui ou non, on peut prendre son téléphone dans tels ou tels lieux – la réponse étant dans 95% des cas « il ne vaut mieux pas ». À la plage, on ne peut pas aller se baigner en laissant ses affaires et en randonnée – si on a la chance de pouvoir en faire – il est fort probable d’avoir la boule au ventre dès qu’on croise quelqu’un.

Ces sujets mériteraient une réflexion ou un avis peut être mais je ne me sens pas bien placée pour en parler. Trop peu de temps sur place et cela n’a pas entaché le temps passé sur l’île.

Passons à toutes les jolies choses car c’est ce que je retiens. Deux semaines hyper remplies. Un vrai marathon ! Pour mon plus grand bonheur. Ça a commencé comme ça.

A l’aéroport, Romain vient me chercher. On charge toutes mes affaires sur son scooter et nous voilà parti en direction de mon futur chez moi pour 12 jours. Romain et Lolita sont des amis de Clara. Je ne les connais pas mais ils m’accueillent immédiatement hyper chaleureusement – j’ai gagné aussi quelques degrés ici !

L’arrivée sur place sonne pour moi comme un dépaysement total. : ici, c’est l’Afrique. Moi qui me plaignait d’être trop en France à La Réunion me voilà servi. Les mahoraises portent le Salouva et tout un tas de choses sur leurs têtes. Les enfants courent dans les rues à toutes heures de la journée. Des palmiers dans tous les sens. Des marchés de fruits et légumes au bord de la route. Des vaches qui broutent dans des baignoires abandonnées … la langue aussi joue pour beaucoup car même si Mayotte est un département d’outre mer, la population parle énormément le shimaoré.

Je découvre avec plaisir la maison de mes hôtes dans laquelle je me sens immédiatement à l’aise. Petit tour en Petite Terre pour commencer. Je découvre mieux le quartier, l’ambiance, la vue sur le lagon depuis la terre est magique. Romain et Lolita sont des plus motivés pour me faire découvrir leur environnement. Et je ne me plains pas. Complètement guidée par eux, le programme s’enchaîne de jours en jours. Et commence d’ailleurs sur les chapeaux de roue avec une soirée entre potes chez eux. Parfait pour faire connaissance !

Première journée en parfaite immersion. Pour cela, je découvre le verbe « barger » car aujourd’hui, oui, on barge à 7h. C’est le taxi qui transporte les « petit-terriens » jusqu’en grande terre. Un air de vacances pour tous les travailleurs. La route que nous empruntons est superbe. Depuis Mamoudzou jusqu’à Bambo ouest, les villes et villages s’enchaînent. J’imagine les gens vivre. Les paysages se dévoilent eux aussi sur la route plutôt sinueuse. Il fait chaud et la végétation est luxuriante.

Je participe à un voulé, barbecue traditionnel sur la plage, pour le départ d’amis infirmiers, à bambo ouest. Super bouffe ! Et surtout premier snorkeling dans le lagon qui tient toutes ses promesses. Les tortues dansent pour nous et premier aperçu des coraux multicolores!

Le week-end se poursuit avec, oh joie, une randonnées sur les crêtes de Sazilé.Des groupes de randonnées sont organisés par différents moyens. Ici, nous participons à l’une d’entre elles organisée par les « naturalistes » pour plus de sécurité. L’avantage, c’est de pouvoir faire des randonnées, l’inconvénient c’est de subir le rythme d’un groupe important. On était plus de 15 personnes. Et il faut faire avec. Mais ça vaut le coup. Et finalement, l’effet de groupe crée une bonne ambiance. Chacun y va de son commentaire en fonction de ses connaissances ou des expériences. J’ai ainsi pu goûter au fruit du baobab et au jackier par exemple. Ou en apprendre plus sur la vision des gens sur l’île, en tout cas des expat’ car les mahorais, pour cette fois, n’étaient pas de la partie. Pour couronner le tout, et tant qu’à faire car il parait sur c’est le but, on profite de paysage aussi variés qu’inattendus, mangrove, sentier forestier, et plages de sables noires bordées de cocotier.

Je ne m’étendrai pas non plus sur le sujet, mais on a aussi eu la macabre surprise de voir de nombreuses carapaces de tortues, laissées à l’abandon après avoir été vidées pas les braconniers. Le spectacle est plus qu’embarrassant et je préfère éviter de les chercher sur le bord de la plage. La technique de l’autruche, vous voyez ?

Pour le reste du programme :

    je profites évidement d’une plongée bouteille avec le fameux sésame ! Le niveau 1 que j’ai passé à la réunion. Découverte folle du lagon, les raies, des poissons multicolores. J’ai même pu apercevoir un requin de récif ! Et ce napoléon géant !!! Mais encore mieux, ce qui m’a vraiment scotché, c’est la couleur des coraux! Incroyable! Je ne peux malheureusement pas le partager n’ayant pas investi dans une go pro ou autre gadget du genre – à votre bon cœur si vous en voulez plus !!!
    Une jolie sortie kayak sur l’îlot de Bandrélé (à venir)
    La superbe randonnée autour du Lac Dziani (bientôt en images)
    Et évidement plusieurs sorties plages avec en bonus, oui, oui, de la glisse au programme.

Un vrai marathon, je vous avais prévenu !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s