Juste pour le plaisir !

J’avance dans le voyage. Et il serait dommage de rater une étape ici. Alors, pour que cela soit encore un peu plus complet, je ne peux pas passer outre quelques détails sur mes derniers jours passés à Madagascar. Une description rapide mais surtout une petite sélection de photos. Juste pour le plaisir.


Après une semaine riche en émotion, nous voila comme convenu à reprendre la route avec Laurent. Au programme:

☑️ Stop au parc national d’Ankara avec un arrêt pour admirer les Tsingy rouges sur la route.

☑️ Un programme à base d’îles paradisiaques et d’eau translucide dans les îles du nord.

On s’établira dans un premier temps à Nosy-Be plus exactement à Ambatoloaka. Déchantement rapide. Le tourisme sexuel nous rattrape et il ne me faudra que quelques heures pour prendre la décision d’aller voir ailleurs si on y est. Après une nuit sur place et un bon restau tout de même !

☑️ Escale à Nosy Komba, la Belle, paradis avec vue pour 20 000 Ariary (moins de 5€). À ce prix là, on s’offrira même un bungalow chacun. Les toilettes et la douche sont à l’extérieur mais ça vaut le coup !

Le moment de passer du bon temps, magie des plages de sables blancs, l’eau est turquoise et chaude à souhait. On rencontre les enfants du coin qui passe leur vie sur la plage à se taquiner entre eux. Leurs curiosités piquées par l’arrivée d’un moyen d’être pris en photo, même si la curiosité n’est qu’un vain mot, ils ont déjà l’habitude de prendre la pose les filous.

Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, et que je ne le répéterai jamais assez, il n’y a pas de hasard quand on voyage, on retrouvera comme voisines de chambre, Marie et Marion. Avec Laurent, ils se sont croisés, genre une fois, à une soirée d’ami commun à la réunion. Et nous voilà à partager la même île. Et plus si affinité! On finira la semaine ensemble ou presque car elles partirons juste avant nous.

☑️ Retour sur Nosy Be pour le carnaval d’ouverture du Dounia festival. Haut en couleur et légèrement désorientant de part la foule bien présente pour faire la fête. Le festival ne commence pas vraiment à ce moment là mais uniquement le lendemain. C’est un mal pour un bien car même sans bougie, ça sera l’occasion pour nous de fêter l’anniversaire de Marie tous ensemble. Simple, efficace et à base de bouboule de farine (favorite meal EVER !)

☑️ Après un tour au marché d’Hellville et de dire au revoir, on ne souhaite toujours pas rester à Nosy Be même, avec Laurent. Ce n’est pas gagné mais on prend le risque d’aller jusqu’à « l’embarcadère » pour l’île de Sakatia. Autant dire que l’embarcadère est inexistant et que la parlote est rude pour comprendre si oui ou non, un bateau pourra nous emmener. Mora mora. Y’a toujours une solution à Madagascar. Après une heure et demi d’attente on est sur le bateau pour découvrir les bungalows de Richard. Ou l’endroit où tu pourrais rester pendant un moment complètement nu à vivre d’amour et d’eau fraîche !!!

☑️ Derniers jours et retour à Hellville pour une vraie soirée au Dounia festival. On retrouve la fêty Malagasy comme on les aime. On twerk sévère avec Laurent. Bien au sec depuis les backstages car je ne perds pas les bonnes habitudes, les concerts c’est « behind the scene ». Et c’est surtout grâce à Julie, une amie de Laurent (encore une, décidément!!) qui fait partie de l’organisation. Bien au sec, car malheureusement, la pluie s’invite, ce qui n’empêche absolument pas les plus motivés de tout donner sous une averse à la malgache.

☑️ L’étape Madagascar touche à sa fin. Direction l’Afrique du Sud avec la petite cerise sur le gâteau. Fait « non exprès », j’improvise une escale de 20h à La Réunion. Comme une impression de rentrer à la maison. Je retrouve Clara et les autres pour quelques heures. Le temps d’enfiler un maillot de bain pour immortaliser le moment et de se dire au revoir une nouvelle fois dès le lendemain matin. Rapide les au revoir hein … on ne va tout de même pas se laisser submerger par l’émotion… ❤️

2 commentaires

    • Salut Carles. Ce que je n’ai pas vraiment apprécier à nosybe c’est plutôt ambatolook. Certaines personnes m’avait conseillé de ne pas y aller. D’autre si. J’ai voulu me faire mon idée mais après la semaine au paradis de sakalava, la descente a été un peu brutal surtout par rapport au tourisme sexuel mais à un environnement un peu trop touristique à mon goût. Hell ville vaut le coup à mon sens. Ca reste une ville mais plus « authentique » dans le sens ou des locaux semblent vraiment y vivre.

      J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s