Les deux dernières étapes : Etosha national park et Fish River Canyon

Départ d’opuwo sur les chapeaux de roues, sans mauvais jeu de mot, ça faisait longtemps mais l’œil aguerri de jazz détecte illico presto la moindre fuite. Celle-ci sera pneumatique.

C’est donc par un arrêt au stand que notre journée débutent. Démontage de roue, test et réparation, y’a plus qu’à!

Deuxième stand, on pensait que c’était la station essence, c’est finalement celui d’achat de souvenirs, apparement obligatoire, quand on voit l’insistance de ces dames mais on prend ça avec le sourire et repartons, sourires aux lèvres et bracelet(S) aux poignets!

Notre deuxième étape du Nord de la Namibie est le parc national d’Etosha, avec la promesse d’un safari digne des plus grands. Quelques heures de routes encore et toujours (vous l’aurez compris, c’est la base ici, il faut aimer conduire !!)

Et comme ce n’est pas si souvent, on a ici croisé (enfin!) quelques stands de street food! Je retrouve (ENFIN !) mes fameuses bouboules de farines ! Un délice!

Une fin de journée qu’on qualifiera de cocasse. En bonnes routardes, il n’y a pas de petites économies, alors on retente la technique d’en cacher une dans la voiture à l’entrée du parc…

Ca aurait pu fonctionner… ça aurait pu …

Explication :

Une négociation d’une bonne grosse demi heure pour rentrer dans le parc car nous arrivons apparement trop tard et nous n’avons pas réservé de camping. Mais nous sommes tenaces et nous finirons par réussir à convaincre la gentille petite dame de réserver une place pour … deux personnes ! (La troisième étant littéralement entrain de suffoquer et d’étouffer sous une tonne de sac dans la voiture par 40 degrés a l’ombre!)

Stratagème imparable, nous trouvons une excuse pour ressortir récupérer « notre amie attendant dehors sur le bord de la route pour connaître le prix » – prix évidemment tout à fait abordable comparé à tout ce qu’on a pu faire autrement.

Mission accomplie tout de même. On est toutes les trois dans la voiture, et saines et sauves ! C’est le principal!

La traversée du parc jusqu’au premier camping se fait à vive allure (pas plus de 60km/h! C’est la limite autorisée). On arrive juste à temps, mais la réception est fermée. Comme on n’en a jamais assez, c’est nouvelle bonne occasion de négocier le prix du camping!

Ça finira donc, l’une dans la voiture, les deux autres dans un espèce de cagibi avec les araignées et autres colocataires! Croyez-le ou non, j’y ai super bien dormi !

Journée typique de Safari: BIG FIVE. pour les non initiés dont je faisais partie, il s’agit d’apercevoir dans un même safari:

  • L’éléphant
  • Le rhinocéros
  • Le buffle
  • Le lion
  • Le léopard

Mission accomplie !

Je remercie bien fort Elisa pour les photos. Une bonne partie viennent d’elle et de son super appareil photo bien plus performant que le téléphone. (Même s’il peut faire l’affaire pour une bonne partie également!)

Après un saut de puce à Windhoek la capitale, pour y passer la nuit, la dernier étape de voyage : le Fish River Canyon, ou le deuxième plus Grand Canyon du monde.

Un nouveau camping de luxe où l’on doit tout de même partager la piscine avec des invites surprise, on s’offrira le plaisir enfin d’un barbecue digne de ce nom pour le petit déjeuner! Beans and French toast s’il vous plait !

Nous voilà fin prêtes à affronter le canyon. Bon .. la petite déception : on ne peut y descendre que dans le cadre de trek organiser mais la vue y est spectaculaire d’en haut. On en prend plein les minettes et je prends le temps de réaliser et de m’imprégner des ces derniers paysages magistraux que nous offre la Namibie…une bouffée d’énergie et de bonnes ondes pour continuer.

Enfin les bonnes ondes, on les garde apparement pour un peu plus tard car elles ne nous empêcheront pas de crever une der des der. Un plus que charmant couples d’allemand nous file un bon coup de main. On gardera la roue de secours jusqu’à notre arrivée à calé Town mais ce n’était qu’une affaire de quelques (milles?) kilomètres !

La boucle est bouclée… c’est ainsi que s’achève notre périple de quasiment un mois et demi toutes les trois, et de dix jours en Namibie.

Des souvenirs exceptionnels. Des paysages à couper le souffle. Une énergie tout particulière et une sacrée expérience de partagée toute cette aventure avec de parfaite inconnue et qui sont devenues mon quotidien.

Nous avons chacune prévue de passer un peu de temps à Cape Town, pour profiter de cette belle ville. Chacune avec son programme mais qu’on arrivera à se faire croiser encore quelques fois.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s